pourquoi-ai-je-de-lacne-laspect-karmique-beaute-holistique

Officiellement, l’acné se traduit par un engorgement de sébum au niveau des glandes sébacées.

Cet engorgement est dû à une prédisposition génétique, avec comme caractéristique une peau grasse, ou mixte avec des brillances au niveau de la zone T.

De récentes études ont démontré, l’influence d’une mauvaise hygiène alimentaire, du stress, et de la pollution de l’air comme facteurs favorisant l’acné.

Cela dit, ce qui est intéressant, est de savoir pourquoi, est-ce que certaines personnes conservent une peau parfaite, malgré une hygiènne de vie déplorable. Tandis que d’autres personnes, comme moi, doivent scrupuleusement prendre soin de tous les aspects de leur vie, sous peine de voir leur visage se transformer en champignon vénéneux?

Au-delà du facteur génétique, il y a l’aspect karmique…

Lorsque notre âme s’incarne sur cette planète, elle est destinée à vivre certaines expériences afin d’évoluer.

Pour cela, chacun d’entre nous, arrivons avec une ou plusieurs “blessures d’âme”, qui n’ont pas encore été résolues dans les autres vies. Nous devons encore travailler pour les guérir totalement, et s’en libérer.

 

 

les-5-blessures-de-lame-qui-empechent-detre-soi-memeD’après Lise Bourdeau qui est une spécialiste du sujet, il existe 5 blessures d’âmes,

* L’abandon

* L’humiliation

*La trahison

* L’injustice

* Le rejet

Chacun d’entre nous, porterai une ou plusieurs de ces blessures, encodées directement dans notre ADN.

De ce fait, elles sont visibles sur notre apparence physique. Pour en savoir plus, je vous invite à lire le livre “Les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi-même”.

Ici, nous allons nous intéresser à la personne présentant une blessure de rejet.

La blessure de rejet

Toujours d’après Lise Bordeau, cette blessure est la plus difficile à vivre. Ceux et celles qui portent cette blessure, ont le sentiment profond, d’être insignifiant, invisible.

Que le fait de disparaître, ne causera aucune sensation de manque ou de tristesse, à qui que ce soit.

Cela peut sembler paradoxal, mais une personne qui souffre de cette blessure, attirera à elle, sera attirée, et provoquera dans sa vie, des situations dans lesquelles elles se sentira constamment mise à l’écart, ou totalement exclue.

Ceci, dans le but de, ressentir pleinement sa blessure, la reconnaître, et pouvoir faire le nécessaire pour la guérir et s’en libérer.

Les personnes qui ont une acné, depuis l’adolescence voir l’enfance, et qui perdure à l’âge adulte, sont des personnes qui ont choisi de vivre cette blessure avant même leur incarnation. Elles étaient donc prédestinées à avoir de l’acné!

Hallucinant n’est-ce pas ?

Il est très important de comprendre que le rejet, vient d’abord d’un “rejet de soi”.

Avoir de l’acné, c’est être plus visible, tout en étant dissimulé derrière un masque de boutons, afin de garder les gens à distance.

En réalité, la première personne que l’on met à distance…c’est soi-même. Ce stratagème, permet de créer, une barrière entre qui l’on est vraiment, et le monde extérieure.

C’est en fait, un système de protection, issue de la peur d’être jugé, blessé, violenté etc…

Une peur qui naquit dans une ou plusieurs de nos anciennes vies, et qui n’a pas été totalement guérie.

L’estime de soi est primordiale

La bonne nouvelle, c’est qu’une fois que l’on reconnaît le manque d’amour et d’estime pour nous-même, il devient alors possible de faire le nécessaire pour y remédier, et in fine, guérir l’acné :).

Reconnaître que l’on a un problème est le premier pas vers la guérison

Comme je le disais précédemment, les acnéiques se rejettes eux même, la première chose à faire serait donc de,

1/ Chercher à savoir qui l’on ai

Au plus profond de nous même, quelles sont nos passions, nos rêves, nos aspirations, nos goûts? Avec quels moyens désirons-nous nous exprimer? Et ce, en dépit de l’avis général, et de la mode.

2/ S’honorer

Je me souviens avoir été une enfant et plus tard, une adolescente, pas très coquette, je dirais même que j’étais un garçon manqué. Je trouvais dans l’apprètement, ou toutes autres formes de féminité, une sorte de soumission aux diktats imposés par le monde de la mode, et par les hommes.

La vérité, c’est que je n’avais pas assez d’estime de moi-même, pour prendre soin de moi. J’étais complétement incapable de me valoriser, car je ne pensais pas mériter d’être mise en valeur, d’être mise en lumière, d’attirer l’attention des autres. Peut-être par peur de ne pas savoir gérer la jalousie des femmes, et les regards des hommes, que peuvent susciter le fait d’être apprêtée et féminine.

3/ S’exprimer

Se rejeter, c’est aussi rejeter ce que l’on pense, ce que l’on ressent. Or, lorsque l’on n’exprime pas ses sentiments, on accumule de la rancune. Au niveau du métabolisme, cela se traduit par un engorgement au niveau du foie.

4/ S’aimer

S’il y ‘ a bien une chose que j’ai apprise tardivement (trop tardivement), c’est que l’amour, ce n’est pas dire oui à tout, ni à tout le monde.

S’aimer suffisement signifie, savoir dire non, même aux gens qu’on aime, et surtout à ceux qu’on aime pas !

Il faut beaucoup d’amour, et de patience envers soi, avant de pouvoir renoncer à l’alimentation, les loisirs et les habitudes, responsables de notre dégradation physique et mentale.

J’espère que cet article vous aura permis, de comprendre l’origine karmique de votre acné.

Certains d’entre vous, se reconnaîtront peut-être dans cet article, si c’est le cas, je vous invite à partager vos ressentis, dans les commentaires ci-dessous.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur mon parcours, et connaître les secrets qui m’ont permis de me soigner, je vous invite à télécharger gratuitement mon ebook “Le grimoire magique de la beauté holistique : mes 33 secrets”.

On se retrouve pour le prochain article, dans lequel on étudiera le système endocrinien, et son rôle très important dans la guérison de l’acné.

A très vite pour de prochains articles, et d’ici là prenez soin de vous.

 

page-de-couvrture-gift-page-001-copie



 

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Comment on Pourquoi ai-je de l’acné ? L’aspect karmique

  1. Yz
    14/06/2018 at 23:10 (4 jours ago)

    Super, merci beaucoup pour ces mots! Je croyais en avoir fini avec tout ça, puis je réalise que je n’en ai pas fini avec le « grattage » et que derrière, il y a cette blessure que je croyais avoir guérie. Or, je vis maintenant loin à la campagne, loin du monde, avec mon compagnon, où nous vivons en paix. Ce qui fait que je ne me frotte plus jamais à cette blessure de rejet, car avec mon compagnon, je me sens en parfaite sécurité. J’ai fait le choix de ne plus participer à des sorties de groupes et de me concentrer sur ce que j’ai à faire dans ma vie, du coup je ne vis plus jamais cette sensation de « risque de rejet ». Bref, je croyais avoir eu le dessus complètement! Mais il semble qu’il y ait encore des restes, des « survivances », des lieux en moi même où je n’ai pas encore réussi à me valoriser entièrement, où je pense que je ne vaux pas encore tout à fait la peine que pour vouloir tellement prendre soin de moi que je ne toucherais plus à ma peau!
    De quoi aller creuser encore un peu, donc, merci! 😉

    Répondre

Qu'en penses-tu ?